AccueilS'enregistrerFAQConnexionGalerie

Partagez | 
 

 Insuline et ovulation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Insuline et ovulation   Lun 10 Nov 2008, 14:20

Nouveau traitement de l'anovulation de la micropolykystose ovarienne
Docteur J-M BRIDERON (Gyn-Obs) le 21/01/02


La micropolykystose ovarienne (MPO) est une maladie de l'ovaire caractérisée par un défaut du processus de sélection du follicule ovulatoire et responsable d'un certain nombre de symptômes tels que les troubles du cycle, l'infertilité par anovulation, des signes en rapport avec un excès de production d'hormone mâle (hirsutisme séborrhée, acné, etc).
En fin de cycle, l'augmentation du taux de FSH, hormone d'origine hypophysaire, entraîne le recrutement d'une cohorte d'une quarantaine de follicules dits primordiaux qui de ce fait débutent leur croissance.
Au fur et à mesure que les jours s'écoulent, la plupart de ces follicules meurent pour ne laisser subsister, idéalement à j14, qu'un seul follicule dit dominant. C'est le processus de sélection qui est sous la dépendance de systèmes de régulation internes à l'ovaire, mal connus, et auxquels participe l'insuline.
L'insuline est classiquement connue pour être l'hormone chargée de la régulation du taux de glucose dans le sang.
Elle agit sur les cellules par l'intermédiaire d'un récepteur de la même manière qu'une clef a besoin d'une serrure pour ouvrir une porte.
Il est possible que ce récepteur ne soit pas totalement fonctionnel en cas de MPO entraînant de ce fait une certaine résistance à l'action de l'insuline qui ne peut donc jouer son rôle dans le processus de sélection folliculaire.
On peut tirer deux conséquences de cette nouvelle hypothèse :
1) nous disposons de médicament qui améliorent le fonctionnement des récepteurs à l'insuline : ce sont les anti-diabétiques oraux. Ils agissent peut-être également sur les récepteurs ovariens.
2) l'anomalie de fonctionnement du récepteur à l'insuline n'est pas spécifique à l'ovaire et touche donc tous l'organisme entraînant un risque de diabète chez les femmes présentant une MPO
C'est en partant de cette idée que KOCAK M. et coll du service de Gynécologie-Obstétrique d'Ankara, Turquie, a évalué les effets de la metformine, anti-diabétique oral largement utilisé dans le traitement du diabète dit gras ou de type II, sur l'hyperandrogénie (excès d'hormones mâles présent dans la MPO), sur le poids, sur l'ovulation et in fine sur le taux de conception de patientes atteintes de MPO et résistant à l'action ovulatoire du citrate de clomifène.
L'étude est de très bonne qualité puisque prospective randomisée en double-aveugle.
En clair, les 56 volontaires sont incluses dans l'étude avec affectation soit au groupe « prise de metformine » soit « prise de placebo » par tirage au sort sans que ni le médecin ni la patiente n'aient connaissance du produit réellement absorbé.
Le traitement par metformine entraîne une diminution significative des taux d'hormones mâles, de l'insulino-résistance et de la surcharge pondérale.
Le citrate de clomifène prescrit secondairement entraîne une augmentation du taux d'ovulation, de l'épaisseur de la muqueuse utérine et du taux de conception.
Les auteurs concluent donc que le traitement par la metformine augmente le taux d'ovulation et de grossesse chez les patientes présentant une MPO résistante au citrate de clomifène.
Il convient cependant de modérer ces données :

  • l'étude ne parle que de taux de grossesse et non de taux de naissance d'un enfant sain.
  • la metformine n'a pas d'indication officielle dans le traitement de l'infertilité et la grossesse ou la possibilité de grossesse est officiellement une contre-indication du médicament
  • nous ne savons que peu de choses des effets de la metformine sur le développement embryo-fœtal.

Néanmoins, les données rassurantes s'accumulent et montrent pour la plupart une efficacité de la metformine en tant que traitement inducteur de l'ovulation dans les MPO résistantes au citrate de clomifène.
Des inconnues persistent, des réserves médico-légales aussi, et les patientes doivent en être nettement informées.
Référence: Gynéweb : http://www.gyneweb.fr/Sources/fertilite/nl0203.htm
Revenir en haut Aller en bas
 
Insuline et ovulation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» allaitement et ovulation
» Symptome d'ovulation????
» Test d'ovulation
» comment savoir son ovulation sans avoir de retour de couche?
» Besoin d'idées pour avoir une ovulation de meilleur qualité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La SCIENCE-
Sauter vers: