AccueilS'enregistrerFAQConnexionGalerie

Partagez | 
 

 La stérilité, des causes complexes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La stérilité, des causes complexes   Lun 17 Nov 2008, 15:41

"La stérilité, des causes complexes"
http://www.sosbebe.org/arrive/quefaire.html#g
Marie-Claire, juin 2001
« Stérile, c’est un mot horrible, dit Axelle tristement... Quand on est jeune, c’est une sorte de honte… Je suis mariée depuis 7 ans et sans enfant… Quand j’ai fini par avouer [ma stérilité à ma mère] : "on n’y arrive pas", j’ai senti son angoisse et entendu cette phrase couperet : "Ca doit venir de ton mari. Dans la famille, les femmes n’ont jamais eu de problèmes de ce côté-là…"
Avocate de 37 ans, Axelle se reproche aujourd’hui d’avoir consacré trop d’énergie à sa carrière : "C’est comme si je n’avais pas laissé assez de place en moi pour autre chose." Pourtant, depuis son mariage, elle avait cessé de prendre la pilule… Pendant deux ans, ni elle ni son mari ne s’inquiètent : "Nous avons pensé que le fait d’avoir pris la pilule pendant dix ans avait peut-être perturbé mon équilibre sur le plan hormonal, qu’il fallait être patients et que tout rentrerait dans l’ordre."Mais… toujours pas de grossesse. "Du côté de mon mari comme du mien, tout était normal." Les années passent, Axelle et Benoît n’ont toujours pas d’enfant…
Parmi les femmes qui n’"arrivent pas" à enfanter, plus d’une sur trois souffre d’une stérilité inexpliquée. Les examens médicaux ne révèlent aucun dysfonctionnement sur le plan organique. Pas plus chez elles que chez leur partenaire. Quand la stérilité persiste, elles sont souvent dirigées par leur gynécologue vers la fécondation in vitro. Or, bizarrement, même avec cette aide technique, leur stérilité persiste…"
Le bébé, ce n’est justement pas : "Si je veux quand je veux"

Selon Catherine Bergeret-Amselek, psychanalyste et psychotérapeute à Paris, le désir d’enfant est plus complexe qu’il n’y paraît puisqu’il se joue dans l’inconscient et les couches archaïques de ses propres rapports avec sa mère… "Entre 35 et 40 ans, ces femmes ont un travail qui leur plaît, un compagnon, elles sont restées jeunes et séduisantes : tout marche. Elle se retrouvent dans une période charnière, le milieu de la vie, et cela les travaille existentiellement. Il faut laisser une trace. C’est une urgence existentielle, pas seulement biologique. Elles arrêtent alors la pilule, et le bébé ne vient pas tout de suite. Pourquoi ? Parce que leur désir d’enfant a été, pendant des mois ou des années, "mis en quarantaine." Or, le désir d’enfant, c’est complexe. C’est fait de plusieurs composantes. Et cela "s'endort"quand on a plaqué dessus une solution qui est : "Il viendra quand je le déciderai." C’est alors qu’on s’aperçoit que le bébé, ce n’est justement pas : "Si je veux quand je veux", que le désir a ses raisons que la raison ignore."
La sexualité féminine, elle aussi, est très complexe… "Quand on n’a pas eu ses règles pendant longtemps parce qu’on a pris la pilule (on croit avoir des règles, mais ce sont des "hémorragies de privation"), le processus psychique et biologique n’est pas le même. Et ça pèche. Or c’est à ce moment-là qu’on dit aux femmes : "Il faut vous dépêcher, pensez à l’horloge biologique !" déjà, elles sont angoissées par leur infertilité qui les surprend et, en plus, le discours ambiant et médical renforce la pression, le sentiment d’urgence ! Cela n’est pas favorable à la conception..."
Le poids des relations de la femme avec sa propre mère
"On peut penser que lorsque des femmes de 30-35 ans ou plus n’ont jamais été enceintes, ce n’est pas un hasard"… explique Catherine Bergeret-Amselek… "Ces femmes ont inconsciemment repoussé à plus tard le moment d’affronter ce rendez-vous intime avec sa propre mère qu’est le désir d’enfant, et ce qui resurgit quand ce désir vous travaille. Car c’est alors non seulement tout l’archaïque et la mémoire du corps qui se réveillent, mais les traumatismes anciens, les deuils familiaux, et jusqu’à l’histoire des femmes de votre famille, de leurs avortements, de leur vie sexuelle qui remontent à la surface,… il y a quelque chose entre leur mère et elles qui ne s’est pas fait. Cela peut se situer dans des zones très archaïques, dans ce qui s’est passé dans les premiers corps à corps avec leur mère..."
On est frappé, en effet, par la manière qu’ont toutes ces femmes souffrant d’infertilité de parler de leur mère, de leur rapport, souvent blessé, avec elle…
Dans toutes les histoires d’infertilité, il faut prendre en compte non seulement la femme, mais le couple,"car ce n’est pas une femme qui est infertile, c’est une femme avec un homme, pas avec un autre. C’est toujours emboîté. Il y a toute notre histoire à nous, mais il y a aussi celle de notre compagnon. Ce sont deux histoires qui se rencontrent. Dans les cas d’infertilité, il faut faire mûrir le désir d’enfant du couple... "
Pour le docteur Olivier Chevallier, gynécologue-obstétricien attaché à la clinique de Port-Royal, à Paris, aussi, "ce n’est pas une femme seule qui veut faire un bébé. C’est une femme avec un homme. Je suis bien conscient que ces couples ont besoin d’être aidés sur le plan psychologique..."
Et même lorsque la stérilité est apparemment d’ordre organique. Car il n’y a pas deux formes de stérilité : une qui aurait des causes organiques et une autre, des causes psychiques. "C’est toujours multifactoriel, explique Catherine Bergeret-Amselek... on le sait : les processus psychiques retentissent sur le corps et engendrent bien des dérèglements qui, à leur tour, affectent le vécu psychologique –le psychique et le biologique sont en constante interaction. »
Revenir en haut Aller en bas
 
La stérilité, des causes complexes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le blog de mon histoire de stérilité
» Stérilité secondaire
» Problèmes de stérilité - Y faire face en couple
» Stérilité : le WiFi, mauvais pour le sperme ?
» Adieu les kilos et les complexes!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La SCIENCE-
Sauter vers: